Chronique littéraire #172: James, Passions londoniennes T3 de Aurélie Depraz

 

Informations

Autoédition

Romance historique

337 pages

Chroniques sur les tomes 1 et 2 de la trilogie

Chronique littéraire #158: Alexander, Passions londoniennes T1 de Aurélie Depraz

Chronique littéraire #165: Jay de Aurélie Depraz

Page Amazon du roman

410QM4jEa6L

floral-1751088_960_720

Avis

Coup de coeur de Cendrillon

 

Tout d’abord, je dois dire que j’ai adoré le format saga de ces romances historiques. Partir de trois amis et aborder leur histoire personnelle dans chaque opus fut un vrai rafraichissement. L’autrice se renouvèle ainsi dans un genre où elle excelle.

Celui-ci fut un coup de cœur. Je ne pensais pas l’apprécier plus que Jay que ce soit pour les thèmes abordés ou le personnage et pourtant l’autrice réussit le tour de force de nous surprendre avec le récit d’un personnage qui paraissait pourtant prévisible. J’ai été touché autant par James que par Aylana. Les deux étant des personnages forts et possédant des convictions qui se rejoignent en bien des points. Aylana se veut en avance sur les idées de son temps concernant le statut mineure de la femme dans la société. Elle souhaite un mariage d’amour plutôt que de raison, de dot ou d’alliance. Elle est la version féminine de Jay en beaucoup plus attrayante pour James bien entendu!

Ce dernier est égal à lui-même, il résiste tant bien que mal au charme de la belle Aylana, il pense mener la danse jusqu’au bout. Pourtant il se retrouve pris dans ses filets à son insu. Du moins il tente de garder la face en rejetant toute faute sur elle, quand celle-ci ne fait que lui renvoyer l’image d’une vie qui pourrai s’offrir à lui sans qu’il remette en cause ses convictions. Pour Aylana, tout est plus simple, elle accepte de se contenter du peu qu’il lui offre. J’ai aimé ce paradoxe et cette façon dont l’autrice se joue de son personnage.

L’intrigue en elle-même est riche de rebondissements, on se projette sans difficulté dans l’univers finement décrit des personnages. On espère jusqu’au bout qu’Aylana obtiendra du roi la libération de son frère. Celle-ci est d’ailleurs prête à tout pour lui, l’affection sincère qu’elle éprouve pour lui et inversement montre la richesse que des gens modestes, là ou tout n’est qu’apparence et hypocrisie dans la société nobiliaire.

En bref si vous n’avez toujours pas lu un des romans d’Aurélie Depraz, c’est le moment de vous lancer!

 

floral-1751088_960_720tTt

Note

etoiles5sur5

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s