Le Café de Cendrillon #22: Eric Larrey

cat-4226957_960_720

Présentation

Quelques petits détails formels pour commencer si tu veux bien…

 

Quel est ton nom de plume ?

C’est mon nom, Eric Larrey

 

Existe-t-il une raison particulière concernant ce choix ?

Je me suis interrogé très peu de temps sur l’opportunité de prendre un nom de plume. Mais je n’y ai pas vu d’intérêt, alors j’ai publié sous mon vrai nom.

 

Quel genre de livres écris-tu ?

J’écris des polars historiques, un peu (très modestement) à la Conan Doyle. J’ai aussi un projet de roman steampunk, mais les trois premiers livres (deux sont publiés, le troisième est en cours) sont des polars historiques.

floral-1751088_960_720

Portrait chinois

Si tu étais …, tu serais…

 

Un mot : imaginaire

Un livre : “la Belgariade”, David Eddings

 

Une citation : “Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait”, Mark Twain

 

Une saison : le printemps

 

Un personnage : Sherlock Holmes

Une musique :Mylène Farmer

 

Un film :Orgueil et préjugés”, 2005

 

floral-1751088_960_720

think-about-1217109_960_720Café philo

Pourquoi écris-tu ?

Cela a démarré par un défi personnel. J’ai toujours été impressionné par les auteurs dont je lisais les romans, et je me suis plusieurs fois demandé : “Serais-je moi-aussi capable d’écrire une histoire qui se tient avec des personnages, une intrigue, … sur trois cents ou quatre cents pages ? “. Il y a un peu plus de trois, je me suis donné ce challenge.

Le choix du style et du sujet est né de la conjonction de plusieurs passions : l’histoire et notamment le XIXe siècle, mon personnage de fiction préféré, Sherlock Holmes, la ville où je vis, Lyon.

J’ai voulu mêler étroitement la fiction des intrigues policières avec la réalité historique locale et nationale. Le projet était posé, il ne restait plus qu’à écrire…

Le fait est que ce défi s’est muté en passion. Je crois que j’ai maintenant plus de plaisir à écrire qu’à lire. Les recherches historiques, de lieux, d’anecdotes viennent nourrir mes histoires. Et si je connais la trame de l’histoire que je veux écrire, j’en ignore les détails qui viennent se greffer au fil de l’eau, apportant leur lot de suspense.

Comme j’écris une série, j’ai aussi l’opportunité de faire évoluer les personnages. Je me suis pris au jeu de leur forger un avenir, de creuser leur personnalité, … et sans doute d’y ajouter des éléments personnels.

Quand j’écris, j’ai la sensation d’être plus profondément ancré dans l’imaginaire que lorsque je lis.

Quelles sont tes petites manies d’écrivain ?

Je n’écris pas tous les jours, loin s’en faut. Mais je bâtis mon histoire en pensée quotidiennement, pendant une période plus ou moins longue, puis j’écris tout cela assez rapidement, puis une nouvelle pause, …

J’écris environ 90% du roman puis je reviens au début. Je relis et reprends la totalité, vérifie la cohérence. C’est lors de ce second passage que je termine l’histoire.

Ma première lectrice est mon épouse, puis mes filles, dont j’attends le retour avec impatience.

Et surtout, mes couvertures sont des photos prises par ma fille Johane, c’est très important !

Quel lecteur es-tu ?

Je lis des polars (Fred Vargas, Jussi Adler Olsen,…), des polars fantastiques (Ben Aaronovitch, Jim Butcher, Daniel O’Malley …), de la fantasy et du steampunk (David Eddings, Pierre Pevel, …) et pas mal d’essais historiques.

La BD prend une place toute particulière, avec à peu de chose près les mêmes thèmes. D’ailleurs, si les titres de ma série commencent tous par “l’Affaire … “, c’est pour rendre hommage à une série que j’adore, “Les Arcanes de Midi-Minuit” de Gaudin et Trichet.

floral-1751088_960_720

Espace promotion

Si tu devais présenter chacune de tes publications en trois mots ce serait ?

                    Meurtres en série                                              Cambriolage et anarchie

 

Quel est ton récit préféré parmi les textes que tu as écrit ? Pourquoi ?

Je n’ai pas vraiment de préférence pour l’un ou l’autre. Par contre, je crois que je garderai un souvenir particulier du premier tome, l’affaire des Colonels. C’est celui qui m’a permis d’essuyer les plâtres. C’est aussi celui sur lequel j’ai travaillé le plus longtemps, sans doute parce que la collecte d’informations a été longue.

 

Où retrouver l’auteur?

https://www.facebook.com/ericL.auteur/

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s