Chronique littéraire #165: Jay de Aurélie Depraz

96079394_2837184823210838_7492358212063068160_o

252 pages- Roman historique, romance

floral-1751088_960_720

Avis

Deuxième opus de la saga « Passions londoniennes » de Aurélie Depraz, c’est avec plaisir que je suis partie à la rencontre de Jay l’un des membres de notre trio masculin découvert dans le tome 1 qui mettait en avant Alexander (Chronique littéraire #158: Alexander, Passions londoniennes T1 de Aurélie Depraz). Je dois avouer que des le début j’ai eu une préférence pour Jay, le fameux « parvenu » aux yeux de la haute société londonienne, dont la richesse n’était pas dû à sa naissance mais bien à son travail et à son intelligence pour les affaires. J’avais hâte d’en apprendre davantage sur son passé, son parcours, les blessures secrètes qu’il pouvait dissimuler…

Et je n’ai pas été déçue! Au contraire, j’ai été agréablement surprise de la tournure de ce roman. Habituellement la trame narrative est assez longue à se mettre en place mais ici ce n’est pas le cas, tout est savamment dosé, le canevas narratif maîtrisé. Nous découvrons la soeur de Jay, Elisa qui contrairement à son frère, n’assume pas son passé et son nouveau statut. Traumatisée par la vie de misère subit des son plus jeune âge, elle s’en remet entièrement à Jay. Celui-ci prendra alors la décision de recourir aux services d’une dame de la haute société pour éduquer sa sœur avant son entrée dans le monde.

Par ce scénario croisé, c’est Jay lui-même qui changera, bon pas radicalement, il reste une brute épaisse aux manières peu délicate par rapport aux mœurs de son époque, néanmoins il va évoluer et s’ouvrir davantage au fur et à mesure que sa sœur s’épanouira aux côtés de sa préceptrice, Amanda. J’ai beaucoup apprécié cette dernière, entre son statut de noble désargenté, sa dignité, son éducation digne des grands romans anglais et surtout son indépendance et sa volonté de mettre tout en œuvre pour sauver la réputation de sa famille et son frère. Tout tenter et même accepter de travailler, chose inenvisageable pour quelqu’un de son rang! Paradoxe? Surement, l’autrice aimant jouer avec ses personnages, nous nous retrouvons face à un homme parti de rien ayant réussi à s’élever, et à une femme noble, veuve et endettée. La rencontre ne peut être qu’électrique et si habituellement ce sont les femmes qui changent le point de vue des hommes dans les romans d’Aurélie Depraz, ici c’est l’inverse qui s’opère.

Tout au long de ce roman s’impose la dualité entre l’être et le paraître dans cette société londonienne. Peut-on s’aimer en étant issu de deux classes sociales si différentes? Peut-on être digne et honorable lorsque l’on vient des bas-fond de la société? Notre passé est il un éternel handicap? Peut-on tout se permettre du moment que l’on est bien né? Toutes ces questions sont exposées dans ce roman à travers le destin d’Amanda, George, Élisa et Jay.

Durant ce changement subtil qui s’opère chez Jay, il sera soutenu par ses deux acolytes que l’on a plaisir à retrouver. Ils sont la preuve que chacun peut évoluer en fonction de ses rencontres et que la naissance n’octroie pas tous les mérites. J’ai d’ailleurs hâte de voir ce que l’autrice réserve à notre dernier célibataire: James!

floral-1751088_960_720

Note

 

etoiles5sur5

 

 

floral-1751088_960_720

Où trouver le roman ?

Cliquez sur l’image ci-dessous

 

95657656_2836389663290354_5019260646538084352_o

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s