Chronique littéraire #111: Dessine-moi un sac, Céline Theeuws

Informations:

 

 

floral-1751088_960_720

Avis:

C’est avec plaisir que je reviens vous présenter cette nouvelle lecture, d’autant plus qu’il s’agit de la dernière lecture que j’ai faîte juste avant mon accouchement, mais vraiment 2h avant d’accoucher sans exagérer ^^ Autant vous dire que la difficile phase des contractions a été beaucoup plus supportable grâce à la distraction offerte par la plume de Céline Theeuws dont je suis définitivement et invariablement fan.

Dans ce roman, sa plume aiguisée relate de façon cinglante, réaliste et subtile la réalité de Paulette, jeune quadragénaire, qui se fait élégamment remercier après des années de bons et loyaux services au sein d’une entreprise de maroquinerie. Ce roman est une satire sociale, un miroir reflétant une réalité non déformée. Celle de devoir se réinventer à un âge où l’on s’épanouit dans un travail que l’on maîtrise, nos preuves ne sont normalement plus à faire, notre réseau d’ami(e)s, de collègues est bien ancré. Aussi lorsque l’on perds son statut, c’est sa place que l’on perds dans une société où il faut à tout prix rentrer dans les cases édictées par les regards des autres.

Ce roman en plus d’offrir une vue plongeante sur l’envers du décor d’une personne sans travail, met en avant la richesse et l’humanité de personnes qui de prime abord semblent être de simple donneurs de leçons. Je me suis prise d’affection pour la vieille Mme Pinchon et ses remarques acerbes. Comme toujours, l’auteure nous surprends avec ces personnages dont il faut gratter la carapace pour aller voir au-delà de la couverture dont ils se parent. Les apparences… vous connaissez la suite.

L’amitié, la solidarité et l’amour répondent à l’avarice, le mépris et à l’individualisme. Si le monde n’est ni blanc, ni noir mais nuancé de gris, on retrouve tout ce camaïeu de couleurs dans le récit de Céline. J’apprécie la fluidité de sa plume qui est capable de nous dépeindre tant de choses sans longueurs, sans fioritures. Le texte est franc, va droit au but tout en développant suffisamment ses personnages et son intrigue pour que l’on s’immerge dans l’histoire et ainsi vivre une véritable parenthèse dans nos vies.

Je vous conseille vraiment de découvrir ce roman ou un autre de cette auteure qui sait se réinventer à chaque nouvelle publication tout en gardant l’essence même de son talent, cette plume aiguisée et subtile qui fait la patte de l’auteure.

floral-1751088_960_720

Chroniques sur les autres œuvres de l’auteure:

Chronique littéraire #72: La guerre des patates, Céline Theeuws

Chronique #33: Ceci n’est pas une banane, Céline Theeuws

Chronique #18: Je vous hais, Céline Theeuws

Chronique #16: Les douceurs d’Adrien, Céline Theeuws

Chronique #15: Vis, Céline Theeuws

 

Note:

5-étoiles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s