Chronique #28: Le cycle de McGowein, la Gardienne de Danarith, Yannick A.R Fradin

xcover-1554

Auteur: Yannick AR Fradin

Page: 360

Genre: Roman Fantastique- Fantasy

Disponible ici: https://www.amazon.fr/Orcam-1-Automne-Laura-Muller-ebook/dp/B072PYQPKM/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1525943530&sr=1-1&keywords=orcam

Résumé:

Royaume insulaire de Dygallie. An 1212. Des tremblements de terre inquiétants secouent Danarith, village isolé en plein massif montagneux.

 

La Gardienne Léraline se rend sur les plateaux pour enquêter. Elle y découvre les vestiges encore fumants de l’ancien portail dont elle devait assurer la protection. Les restes de créatures effroyables jonchent le sol et des traces fraîches indiquent que d’autres, bien vivantes, rôdent à proximité.

Cormag McGowein, piégé depuis bien longtemps dans un monde cauchemardesque, découvre un étrange portail. Alors qu’il le franchit et pense avoir enfin réussi à s’échapper, le guerrier à la santé mentale chancelante se rend compte qu’il n’est pas seul. De plus, ce qui l’entoure n’est peut-être qu’une illusion ; une de plus…

Dans un paysage d’apocalypse, la jeune femme horrifiée et le guerrier à moitié fou se font face. Chacun est persuadé de devoir affronter une menace qu’il ne faut pas prendre à la légère.

Avis:

               Aujourd’hui pour notre rendez-vous du mercredi je vais vous présenter ma dernière lecture. Comme vous avez pu le constater il s’agit du roman de Yannick A.R Fradin, ayant eu l’occasion de lire et d’apprécier sa plume par le biais de ses contes et nouvelles, j’ai eu d’autant plus de plaisir à découvrir son premier roman.

La gardienne de Danarith est le premier tome du cycle de McGowein, une série littéraire fantastique et épique composée de 5 livres. C’est donc un véritable projet littéraire auquel se consacre l’auteur.

Étant une fervente lectrice de fantasy et de fantastique (mais vous le savez déjà si vous me suivez depuis un moment), je me suis plongée sans filet dans la lecture de ce roman. Si bien que je l’ai lu en deux jours pendant les siestes de ma Choupie c’est vous dire si j’ai accroché à l’intrigue…

Ce roman est véritablement bien construit. De même qu’une maison, les fondations sont posées une à une, les mots sont sûrs, évocateurs, précis. L’histoire commence avec Léraline la gardienne de Danarith, nous la suivons dans son ascension du rocher de Dargyl. Selon le personnage mis en avant le point de vue est adapté afin de suivre ses pensées. Il y a beaucoup de personnages mais l’auteur n’en délaisse pas un seul, il arrive à leur donner chacun un rôle et une place importante au fil du récit. Si les personnages principaux sont Cormag McGowein, Léraline et la petite fée facétieuse Méruline, les personnages secondaires sont tour à tour mis en lumière selon leur place dans le récit. Ainsi on ne se focalise pas sur un seul personnage et on ne considère pas les autres comme de simples faire-valoir du premier. Si McGoweïn semble être le cœur de l’intrigue l’écriture est à l’image du héros: humble et en retrait de manière à laisser une place d’honneur à chacun.

De plus, chaque chapitre s’ouvre sur un paragraphe qui pourrait s’apparenter à un paratexte nous délivrant chaque fois des informations sur la philosophie des habitants de Dygallie, le rôle des gardiens mais aussi des maximes et autres extraits de textes officiels du monde conçu par l’auteur. On voit véritablement que c’est un projet mûrement réfléchi, rien n’est laissé au hasard, l’auteur nous offre avec minutie et détail une plongée dans un univers où l’on ne se sent pas dépaysé tant la description est précise et aiguisée.

Bien que j’aie parfois été impatiente de reprendre une action plus rapide, j’ai retrouvé ce que j’apprécie le plus chez cet auteur: son ton poétique. Il y a là aussi une touche de poésie, de rimes et de vers, disséminée dans le récit, qui apporte une alternance dans la lecture permettant au lecteur de rester toujours alerte et attentif face au changement de style. Toutefois cela est fait de manière fluide et n’entrave pas notre lecture.

Ce roman n’a pas une action centrale qui explose puis nous laisse sur notre faim mais suit une progression alternant récit et rebondissement de manière à ancrer sur la durée les aventures des deux protagonistes. Malgré leurs différences, Léraline et McGowein sont liés dans une aventure qui ne les laissera pas indemnes et qui changera leur existence.

Je vous conseille vraiment de lire ce roman, à mon humble avis c’est un auteur à suivre car il a pour lui la rigueur, l’imagination et l’originalité qui font les plus grandes plumes.

****

Site de l’auteur: https://yannickarfradin.com/

Chroniques sur ces contes fantastiques:

Kainuchi et la montagne des fées, Yannick A.R Fradin

Le Seigneur noir de Lokarith, Yannick, A.R Fradin

Gurifin et l’ode à la lune, Yannick A.R Fradin

 

Publicités

3 commentaires sur “Chronique #28: Le cycle de McGowein, la Gardienne de Danarith, Yannick A.R Fradin

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

Retour en haut ↑

Audrey Marin-Pache - Autrice

Ecriture, lectures, quotidien.

Eternal Letters

Webzine littéraire de l'imaginaire et noir

Heart Hanea's Book

Blog Littérature

La plume d'Isandre

LIRE, ECRIRE, VOYAGER, DECOUVRIR, PARTAGER

Aurélie Ml Swan Auteure

Découvrez l'antre du dragon, mon univers d'auteure auto-éditée

Livresque78

Notre passion des livres que nous partageons avec vous. Instagram:Bloglivresque78 Twitter:magdon8

Les Chroniques Pressées

- De Mélodie Ambiehl -

L'Indé Panda

Un magazine gratuit par des auteurs indépendants

Madame la marquise

« Le plus difficile dans la maternité c’est cette inquiétude intérieure que l’on ne doit pas montrer » Audrey Hepburn

%d blogueurs aiment cette page :